yepyep parachutisme formation

logo brevet

Pilote biplace-Formation stage

PROGRAMME DE FORMATION

La formation, réalisée par un collège d’instructeurs-formateurs, comporte une partie au sol, comprenant des cours théoriques et des exercices pratiques et une partie en vol constituée d’une série de sauts.

Sauts de sélection pratique:

6 figures différentes sur les 3 axes avec une tolérance de 45o à réaliser dans un temps inférieur à 12 secondes.

(Hauteur minimale de 3 000 m, fin de travail à une hauteur de 1 500 m minimum, ouverture du parachute à une hauteur minimale de 850 m, posé en sécurité dans une zone déterminée en empruntant un circuit de type PTS ou PTU.)


4 tours alternés en position dos en moins de 15 secondes.

( hauteur minimale de 3 000 m, fin de travail à une hauteur de 1500 m minimum. Après ouverture du parachute à une hauteur minimum de 850 m, posé en sécurité dans une zone déterminée en empruntant un circuit de type PTS ou PTU.)

Formation au sol

Réglementation ;

Facteurs humains:

– approche psychologique du saut en parachute biplace ;
– le pilote responsable de son passager...) ;
– le passager du parachute biplace (milieu hostile, stress, information sur les effets des variations de pression, atterrissage, risques connus...) ; physiologie du saut, aptitude physique du passager au saut en parachute : notamment les risques spécifiques ORL pour les passagers de moins de 15 ans et autres contre-indications (grossesse, épilepsie, luxation récidivante de l’épaule...) ;les passagers handicapés (harnais aménagés sans modification structurale et/ou combinaison aménagée) ;

Matériel:

– vérification des accessoires portés par le passager (lunettes, bijoux, dentiers...) ;

– intérêt du port d’une protection de tête ; 

– présentation des matériels ; mise en œuvre des équipements (exercices de prise en main de tous les systèmes dans toutes les configurations connues) ;

– pliage et conditionnement de la voile principale et des systèmes de mise en œuvre, y compris démêlage et remontage après libération ;

– entretien des équipements ; recherche des usures ou anomalies ;

Mise en oeuvre du parachute-Utilisation:

– briefing du passager (cas des âges extrêmes...) ;
– réglages des harnais ;
– check-list matériel en place ;
– procédures de solidarisation du pilote et de son passager au cours de la montée de l’aéronef (cas des aéronefs exigus, des accrochages debout...) ;
– les différentes sorties d’aéronefs (issues latérales et axiales, hélicoptères, ballons...) ;
– chute stable ;
– sortie du RSE ;
– ouverture de la voile principale ;
– ouverture de la voile de secours ; 


Incidents :

-  procédures de libération de la voile principale et de l’ouverture de la voile de secours ;
– atterrissage sur terrains reconnus ou hors zone prévue ; zone boisée ; amerrissages ;
– évacuation de l’aéronef en vol ;
– atterrissages forcés ;
– incidents/accidents ;
– systèmes de sécurité ;
– pilotage sous 2 voiles ;

Formation en vol

La formation en vol comporte 8 niveaux de sauts. Chaque niveau est abordé après validation du collège de formateurs.
La formation est ajournée si le niveau du candidat n’est pas satisfaisant ou pose des problèmes de sécurité. Le candidat dispose, au maximum, d'un saut supplémentaire (à l’exception du saut de qualification).
A compter du début de la formation théorique, le candidat dispose de 3 semaines au maximum pour effectuer la formation en vol.
Toute intervention d’un formateur liée à une faute grave du candidat dans l’exécution d’un saut entraîne l’arrêt immédiat du cursus de formation.

Déroulement des sauts

A l’exception des 2 premiers sauts, tous les sauts de formation ont lieu à une hauteur minimale de 3 800 mètres. Un ouvreur de sécurité adapté est obligatoire. Une protection de tête est obligatoire pour le pilote et pour le passager. Le postulant et son formateur effectuent chacun les sauts avec un altimètre et un coupe sangle.

A partir du troisième saut, le formateur occupe la place du passager, il dispose d’un accès à l’ouverture de la CDO main droite (si le tandem en est équipé) et du parachute de secours.

Pour tous les sauts, la mise en œuvre du RSE doit avoir lieu à une hauteur minimale de 2 500 mètres.

1er saut :

Briefing effectué par l’instructeur de saut en parachute biplace à son passager. Le postulant occupe la place du passager. Départ à une hauteur de 3 000 mètres minimum, sortie stable, mise en œuvre du RSE, chute stabilisée sous RSE. Ouverture de la voile principale entre 1 800 et 1 500 mètres. Poser dans une zone déterminée en empruntant un circuit de type PTU ou PTS.

2e saut :

Briefing effectué par l’instructeur de saut en parachute biplace qui accompagne en observateur le postulant en chute. Départ à une hauteur de 3 000 mètres minimum, sortie stable avec une charge de 40 kg minimum. Le postulant met en œuvre le RSE, effectue une poignée témoin sur la CDO main gauche, fait un signal avertisseur de l’ouverture et met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 50 mètres.

Du 3e au 8e saut inclus, l’instructeur de saut en parachute biplace occupe la place du passager.

3e saut :

Briefing du passager (instructeur de saut en parachute biplace) par le postulant. Le postulant effectue une sortie stable. Il met en œuvre le RSE, effectue une poignée témoin sur CDO main gauche, fait un signal avertisseur de l’ouverture et met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 50 mètres.

4e saut :

Briefing du passager (instructeur de saut en parachute biplace) par le postulant. Le postulant effectue une sortie stable et met en œuvre le RSE, effectue une PT sur la CDO main gauche, puis une PT sur la CDO main droite, une variation d’incidence avant puis arrière pendant 3 secondes chacune, et enfin simule une procédure de libération de la voile principale et d’ouverture du parachute de secours. Il fait un signal avertisseur de l’ouverture et met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 50 mètres.

5e saut :

Briefing du passager (instructeur de saut en parachute biplace) par le postulant. Le postulant effectue une sortie instable. Après stabilisation il met en œuvre le RSE, effectue une PT sur CDO main gauche, effectue 2 tours alternés, une poignée témoin sur CDO main gauche, il fait un signal avertisseur de l’ouverture et met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 50 mètres.

6e saut :

Briefing du passager (instructeur de saut en parachute biplace) par le postulant. Sortie instable provoquée par le passager. Après stabilisation, le postulant effectue 2 tours alternés, met en œuvre le RSE, effectue une poignée témoin sur CDO main gauche puis CDO main droite, fait un signal avertisseur de l’ouverture et met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale avec la CDO main droite à 1 800 mètres de hauteur. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 30 mètres.

7e saut :

Briefing du passager (instructeur de saut en parachute biplace) par le postulant. Sortie instable provoquée par le passager. Après stabilisation, le postulant exécute un tonneau et un looping arrière. Il met en œuvre le RSE et effectue une PT sur CDO main gauche, fait un signal avertisseur de l’ouverture, met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur et simule une procédure de libération et de secours. Il effectue une précision d’atterrissage de moins de 30 mètres.

A l’issue de cette formation, le collège d’instructeurs de saut en parachute biplace qui a délivré la formation doit attester que le candidat a suivi sa formation de manière complète et satisfaisante.

8e saut (saut de qualification) :

Ce saut doit être réalisé avec un instructeur de saut en parachute biplace (passager) différent des instructeurs de saut en parachute biplace ayant délivré la formation.

A partir d’une hauteur minimale de 4 000 mètres, le candidat effectue un saut au cours duquel il démontre ses capacités à maîtriser des situations imprévues. Il lance le RSE avant 2 500 mètres. Il fait un signal avertisseur de l’ouverture, met en œuvre le dispositif d’ouverture de la voile principale à 1 800 mètres de hauteur et effectue une précision d’atterrissage de moins de 30 mètres.

L’instructeur de saut en parachute biplace atteste de la réussite ou de l’échec du saut de qualification sur le livret de progression du candidat. En cas de réussite, il lui délivre un certificat provisoire valant qualification restreinte. En cas d’échec, la formation doit être entièrement recommencée.

SAUTS SOUS SUPERVISION - Mise en situation

Le candidat, à l’issue de la formation pratique, effectue, sous la supervision d’un formateur de saut en parachute biplace, 2 sauts de mise en situation :
1er saut de mise en situation : Programme identique au 3e saut de formation mais avec un passager parachutiste pratiquant.
2e saut de mise en situation : Programme identique au saut précédent, mais avec un passager novice.

Pour ces 2 sauts de mise en situation, le formateur de saut en parachute biplace s’efforcera de faire varier le gabarit des passagers et des aéronefs largueurs.


Si la réalisation de ces deux sauts a été satisfaisante le formateur de saut en parachute biplace atteste que le candidat a effectué la phase de mise en situation de manière complète et satisfaisante afin que le candidat puisse effectuer 30 sauts sous la supervision d’un instructeur pour effectuer des sauts en parachute biplace.

Back to top